Le Calendrier en Égypte Antique

Lire l'article ↓

Le Calendrier en Égypte Antique

Le Calendrier que nous connaissons et utilisons dans nombreuses de nos sociétés aujourd'hui a des origines millénaires et les égyptiens de l'antiquité utilisaient une version très proche. Découvrez comment était organisée l'année égyptienne !

 

Calendrier égyptien antique gravé dans le Temple de Kom Ombo
Calendrier égyptien ancien
Sculpté dans le grès du Temple de Kom Ombo

 

Origines du calendrier moderne

Le calendrier que nous utilisons de nos jours est basé sur le rythme du Soleil. À l'origine, c'était sur le calendrier lunaire que l'on se baisait. Il y a plus de 10 000 ans, le peuple égyptien vivait au rythme du Nil et de sa crue annuelle. Fertilisant les terres et apportant la vie, cette crue était donc pour les égyptiens de l'antiquité bien plus importante que les phases de la lune. C'est à ce moment là que le calendrier solaire est né.

Cependant, ce calendrier très ancien n'était pas tout à fait le même que celui que nous utilisons. En effet, il comptait 360 jours répartis en 12 mois de 30 jours (12 x 30 = 360 jours — et c'est d'ailleurs également l'origine de la division du cercle en 360 dégrés !).

 

Organisation de l'année ancienne

Ce calendrier de 360 jours était découpé en 3 saisons successives (et non 4 comme aujourd'hui), appellées tétraménies, toujours liées au rythme du Nil :

SA
x t
3ḫ.t
“Akhet” — Innondation (crue du Nil)
pr
r
t
ra
pr.t “Peret” — Émergence (décrue du Nil)
S mw ra
šmw
“Chémou” — Chaleur (saison des récoltes)


Puisque la vie et l'année étaient rythmées par le Nil, celle-ci commençait donc pas l'innondation des terres, puis des semailles lors de la décrue du fleuve, et enfin la récolte pendant l'été.

 

Calendrier égyptien antique à Karnak
Calendrier égyptien antique
Temple de Karnak

 

Cependant, avec seulement 360 jours, cette année ancienne était bien trop courte, et les saisons commencèrent à se décaler très rapidement : de 1 mois en 6 ans. Les prêtres d'alors en ont donc déduit que l’année était plutôt de 365 jours.

C'est donc ainsi que le calendrier de 365 jours est né, 4 000 ans avant notre ère et il allait perdurer pendant 4 millénaires.

Ces jours additionnels, dits jours épagomènes, ce qui signifie “ceux qui sont au dessus” et indique qu’il s’agissait d’un groupe de jours distinct des mois de l’année. Ils avaient pour nom Osiris, Horus, Seth, Isis et Nephthys conformément à la légende égyptienne que Plutarque a retranscrite :

Nout, la déesse du ciel, et Geb, le dieu de la terre, s’étaient mariés sans le dire à Râ, qui ne leur aurait pas permis. Il se fâcha en effet dès qu’il fut averti de leur union. Il jeta sur Nout un charme puissant destiné à l’empêcher à jamais d’avoir des enfants. Il voulait ainsi la punir d’avoir épousé Geb sans sa permission. Nout fut désolée. À quoi bon se marier si l’on ne peut pas avoir d’enfants ? Le dieu Thot eut pitié d’elle et de son chagrin. Il joua avec la Lune une partie de dames, et il gagna la partie. Il recommença et gagna encore. Après quelques parties, comme il gagnait toujours, il demanda à la Lune de lui donner une partie de ses feux et de sa lumière afin de fabriquer cinq jours entiers. Ces cinq jours n’appartenaient à aucun mois, ils étaient en dehors de l’année et du calendrier de sorte que Nout put au cours de ces jours là mettre au monde cinq enfants, échappant ainsi à l’interdiction de Râ : Osiris, Horus, Seth, Isis et Nephthys.

 

Correspondance entre Égypte Antique et calendrier moderne

Avec un total de 365 jours, le calendrier égyptien a des correspondances précises avec notre calendrier moderne. Ainsi, les 12 mois tombent au milieu de nos mois actuels :

Akhet
Thout (Thot)
19 juillet au 17 août
Phaophi
18 août au 16 septembre
Athyr (Hathor)
17 septembre au 16 octobre
Khoiak
17 octobre au 15 novembre
Peret Tybi (l'offrande)
16 novembre au 15 décembre
Méchir
16 décembre au 14 janvier
Phaminoth 15 janvier au 13 février
Pharmouti
14 février au 15 mars
Chémou
Pachon
16 mars au 14 avril
Payni
15 avril au 14 mai
Epiphi
15 mai au 13 juin
Mésori
14 juin au 13 juillet
Jours
épagomènes
14 au 18 juillet

 

Pour aller plus loin dans la découverte du calendrier égyptien, ce livre pourrait vous intéresser :

 

Jours fastes et néfastes de l'année égyptienne
Jours fastes et néfastes de l'année égyptienne

Livre de François Chabas, Paris, 1870
📓 Lire le livre entier sur Google Books

 

Un calendrier “vague

Comme nous le savons aujourd'hui, l'année solaire n'est pas exactement de 365 jours, mais 365 jours et un quart de jour. Ainsi, alors que le lever héliaque de Sirius (i.e. son apparition à l'aube au-dessus de l'horizon à l'est, au même endroit que le soleil) est censé avoir lieu le 1er Thot, celui-ci commença à se décaler progressivement. Il se fit le 2 au bout de quatre ans, le 3 au bout de huit ans, etc. et toutes les fêtes attachées à ce calendrier commencèrent à dériver de la même manière. Après 730 ans la canicule et les récoltes étaient fêtées en plein hiver. D’où ce surnom de calendrier vague.

Alors que Jules César ajouta un sixième jour épagomène tous les 4 ans, les prêtres égyptiens conservent le calendrier inchangé et sanctifièrent chacun des jours de l’année, l'un après l'autre tous les 4 ans. En 1461 ans, le calendrier avait fait le tour des 365 jours sanctifiés et le retour au 1er Thot était l'occasion de festivités monumentales. Ce long cycle est appelé période sothiaque.

Si certains pharaons comme Ptolémée III (246-222 av. J.-C.) essayé d'ajouter un sixième jour épagomène tous les 4 ans, cela fut à chaque fois en vain puisque les égyptiens continuèrent d'utiliser le calendrier vague.

Découvrez HistoQuest

HistoQuest, c'est le jeu de réflexion et d'investigation qui vous fait voyager à travers l'Histoire, à la recherche d'une relique antique aux pouvoirs mystiques !

Dans ce jeu de société à jouer seul ou à deux, vous résolvez des énigmes cachées dans des documents historiques authentiques, vous décodez des messages et déchiffrez des langues anciennes, et reconstituez des puzzles pour avancer dans l'aventure !

Quelques exemples de documents historiques :
—  Carnet de voyage de J.–F. Champollion
   —  Plans historiques de temples égyptiens
   —  Tableaux, œuvres d'art
   —  Mythes fondateurs (Gilgamesh, Mahâbhârata, etc.)

Parfait pour un soir de couvre-feu ou un moment de détente dans la journée, déconnectez seul ou en groupe avec ce jeu sans écran pour 45 minutes à 1h30 d'enquête pour chaque partie de l'aventure.
Avancez à votre rythme, en vous aidant de l'enveloppe indices pour ajuster le niveau de difficulté ou si vous êtes bloqués.
Et si vous voulez une difficulté maximale, n'utilisez pas les indices ! 😉